Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 septembre 2016 3 14 /09 /septembre /2016 10:34
C'était le 11 septembre dernier, en plein coeur de la cicatrice New Yorkaise jamais refermée.
 
On y "célébrait" le triste anniversaire de la disparition des Twin Towers, et par la même occasion, la disparition de presque 3000 personnes, de l'insouciance et de la liberté occidentale.
 
Comme on est à quelques mois des élections présidentielles, il y avait là, tapis dans l'ombre (bon pas vraiment, vous vous doutez bien qu'il faut se montrer pour récolter des voix) les deux candidats à ladite élection.
 
Donald Trump, suivi par un cortège hystérique de jeunes ados croyant avoir mis la main sur un Pokemon fou type Salamèche Déglingué (depuis le temps qu'on lui dit de changer de coiffure), et Hillary Clinton digne successeuse de son mari, fan de tabac en tout genre, du cigare à la pipe.
 
Et là, en une fraction de seconde, le sort des américains a peut-être basculé. Hillary a eu un coup de chaud. Elle a vacillé, elle a chancelé, elle a perdu l'équilibre devant la Nation entière, et ça... C'est du pain béni pour l'homme à la mèche dorée.
Un coup de chaud qui fait froid dans le dos car si Trump remporte l'élection sur ce petit détail, il va falloir ronger son frein pendant au moins 4 ans.
 
C'est sans doute ça le plus gros obstacle en politique... La chaleur...
 
Elle est, sans comparaison, la raison principale qui peut faire vaciller le sort d'homme ou femme politique.  Et cette chaleur semble particulièrement dangereuse à New-York.
 
Rappellons-nous ce brave DSK qui, pour un coup chaud, en oublia toute décence et s'en alla fricoter avec une femme de chambre, en oubliant au préalable de s'assurer que de son côté, elle aussi, ressentait ce coup de chaud.
 
 
En France, ce n'est pas la même chaleur. Au lieu de s'abattre sur la tête de nos politiques, elle les poursuit (sans doute pour réchauffer les casseroles qu'ils précèdent) d'où cette image fleurie et tellement imagée d'avoir "le feu au cul".
Et dans notre pays aussi cette chaleur postèrieure peut peser dans la prochaine élection. Inutile ici de citer des noms, on sait bien de qui on parle...
 
La chaleur donc...
 
Cette même chaleur qui crée le délire, la confusion mentale, la divagation, le délirium, la psychose et la démence.
 
Dernière victime en date, Jérôme Cahuzac, qui a perdu toute raison (et dignité par ricochet) et n'en finit pas de zigzaguer entre des excuses incroyables (dans tous les sens du terme) et des histoires abracadabrantes pour justifier l'injustifiable. La chaleur encore une fois...
 
Bref, vous aurez compris qu'il faut en toute occasion se protèger et se méfier de ces "coups de chaud" qui peuvent désorganiser et chambouler une vie entière.
 
Pour Hillary Clinton, c'est peut-être le cran d'arrêt de sa campagne présidentielle et le tournant majeur de l'élection.
 
Si Donald Trump est élu, alors Ben laden aura réussi un coup de maître inimaginable. Parvenir 15 ans plus tard (et post mortem) à faire trembler l'amérique, peut-être de façon plus grave et plus dangereuse. En pleine commémoration de son acte le plus marquant de l'Histoire, le sort des prochaines élections présidentielles américaines a peut-être était scellé.
 
Moi je retourne me mettre à l'abri du soleil et de la chaleur...

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Guillermo - dans Société
commenter cet article

commentaires

Quesako

  • : La boite de Guillermo
  • La boite de Guillermo
  • : Des coups de gueule et des coups de coeur, des lettres ouvertes à tout un chacun, des mots, des phrases, des idées, de l'ironie et une bonne dose de dixième degré...
  • Contact

Recherche